Test de l’Enceinte KEF Q350

Test de l’Enceinte KEF Q350

Le mot d’ordre pour ces nouvelles Q350 est le raffinement. Presque tous les aspects ont été revisité de manière à obtenir une présentation plus propre et plus sophistiquée, à la fois d’un point de vue sonique et esthétique.

À l’origine, les KEF Q300, sorties en 2011, ont commencé par gagner cinq étoiles, avant de remporter unAward. Mais l’arrivée de nouveaux modèles les ont rétrogradées à quatre étoiles. C’est pourquoi une nouvelle série Q était plus qu’attendue, C’est dans ce contexte que les Q350 font leurs premiers pas. Et ces élégantes enceintes proposées à un prix compétitif pourraient bien venir chambouler la donne.

Un design moderne

La première chose qui saute aux yeux est le relooking par lequel les Q350 sont passées. Elles sont d’allure beaucoup plus moderne que les Q300. Envolé le liseré chromé sur la façade, de même que les points d’attache des grilles. Désormais, celles-d sont magnétiques. Ce design minimaliste leur va à ravir, et excepté un discret logo, le panneau avant est exempt de toute fioriture qui pourrait détourner l’attention du sujet principal, à savoir la dernière version du fameux haut-parleur coaxial Uni-Q.

En apparence, ce dernier ressemble à un haut-parleur traditionnel. mais en réalité, il consiste en un tweeter ventilé à dôme en aluminium de 25mm, logé au centre d’un driver dédié aux graves et aux médiums. Cette configuration permet d’améliorer l’intégration entre les haut-parleurs, et apporte une meilleure dispersion du son. Par ailleurs, le guide d’ondes sur le tweeter contribue à diffuser la musique de manière plus homogène.

Le tweeter est doté d’une chambre d’amortissement – dérivée de ce qui se fait sur les modèles haut de gamme – qui l’isole des ondes indésirables en provenance de l’arrière du dôme. Ce design est conçu pour améliorer la qualité des hautes fréquences. D’autres transformations, sur la motorisation et la forme du cône basses/médiums, ont permis notamment de réduire la distorsion.

La structure

Le driver Uni-Q se situe désormais au centre du châssis. Ce choix permet tout d’abord une unité esthétique avec les autres modèles d’enceintes KEF, tels que les L.SSO. Mais cette position contribue également à réduire les ondes stationnaires internes, et à donner au son davantage de transparence.

L’évent à été quant à lui déplacé vers l’arrière de l’enceinte, dans le but de rendre quasi inaudibles les éventuelles fuites des médiums.

Un nouveau design réduit le bruit et la distorsion, et le rendu des graves est beaucoup plus propre.

 KEF Q350 : La solidité

À l’arrière, vous trouverez les borniers pour un simple câblage, au lieu du bi-câblage du modèle précédent. Cela rend les choses encore plus simples pour l’utilisateur. Les supports muraux des Q300 ont également disparu, ce qui donne aux 350 un look plus épuré.

Les caissons sont superbement assemblés, et existent en deux finitions satinées, noir ou blanc, avec le Uni-Q noir ou argent.

Un nouveau design qui s’imposait

Les KEF se situent entre les deux modèles phare qui détiennent actuellement l’Award, les Emit Mlü de Dynaudio , et les Emit M20.

Toutefois, elles s’apparentent davantage aux M20 en terme de taille, car leurs dimensions sont quasiment similaires, le Q350 étant légèrement plus profondes de quelques centimètres.

Ce nouveau design est une réussite, les Q350 ont une transparence et une subtilité rares dans cette gamme de prix. Avec Coward, de Hans Zimmer, extrait de la bande son Interstellar, on est impressionné par le niveau de détail mis à jour. Les KEF sont capables d’aller débusquer les moindres subtilité du morceau et de les restituer avec une précision incroyable.

Les bruits ambiants sont également délivrés avec une variété de nuances remarquable, et la manière dont ils interagissent donne de la cohésion à l’ensemble. Un timing parfait vient compléter cette présentation exemplaire.

Du reste, le métronome qui ponctue le morceau sonne impeccablement, avec des attaques tranchantes. Par ailleurs, les KEF proposent des graves profonds, qui soutiennent formidablement l’ensemble, et dont la texture menaçante confère au son une dimension supplémentaire.

Donner de la voix

En dépit de leur précision, les KEF Q350 sont loin de proposer un son aseptisé. Elles bénéficient simplement d’une agilité qui leur permet de délivrer chaque note avec une bonne articulation. Les voix sont claires et nuancées, et l’intégration entre les médiums et les aigus est parfaite.

Il est du reste bien difficile de déterminer où s’arêtent les uns et commencent les autres, tant le réglage du Uni-Q est précis. En comparaison, les Emit M20 de Dynaudio paraitraient presque imprécises sur les attaques et les fins de notes.

Le champ sonore est également étendu, et les quelques pouces supplémentaires permettent aux KEF d’occuper plus facilement l’espace que leurs rivales Dynaudio. La scène est ample et aérienne, et l’on y repère aisément chaque instrument.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *